dimanche 16 juillet 2017

Hérault : Vias (juillet 2017) 6ème partie

Des rues étroites mais un grand marché

Vias


L'intégralité de notre parcours :
 
Saint-Chinian ¤ Capestang (1e partie) - Colombiers ¤ Oppidum d'Ensérune (2e partie) - Vendres ¤ Valras-Plage (3e partie) -  Sérignan (4e partie) -  Portiragnes (5e partie)Vias (6e partie) 


Sur le chemin du retour, nous faisons une dernière halte à Vias.
Mais pas facile de s'y garer en ce jour de marché. D'un parking complet à un autre fermé par une barre de hauteur, nous nous retrouvons sur celui d'Intermarché.
Trottinettes obligent ! Car pour le coup nous nous sommes un peu éloignés du centre du village et il fait bien chaud pour marcher.










Hérault


Et quel marché !
Il vaut bien le détour. De places en ruelles, les étals se suivent dans un capharnaüm de couleurs et de bruit.
Et sous ce ciel bien bleu, cela me rappelle quelque peu les marchés de Provence. Cela fait bien longtemps que je n'avais pas fait de marché aussi "ramifié".

La place du 14 juillet avec la Halle construite au XIXème siècle.



Hérault

Cette balade d'étal en étal nous a occupés deux bonnes heures. Il est peut-être temps de découvrir le côté historique du village. A cet effet, un circuit est aménagé et nous mène d'une porte à l'autre guidés par des plaques émaillées.
Ces portes du XVIIème siècle en pierre noire volcanique, d'inspiration italianisante, vont rythmer notre parcours à travers le dédale des ruelles de l'ancienne cité fortifiée.


Hérault

Nous revenons sur nos pas, pour démarrer le circuit qui commence sur le parvis de l'église Saint-Jean-Baptiste. Fortifiée, elle a été construite entre 1394 et 1424.


Les vitraux à dominante bleue donnent une lumière bleutée à l'intérieur de l'édifice.













Alors que le marché se vide peu à peu, la factrice arrive sans bruit. Plutôt sympa son véhicule motorisé !
Cela nous irait bien pour trimballer Guess en grillageant partiellement le coffre arrière !

Porte double de la "Renaissance tardive" (1656)

Porte carrée encadrée de bossages.

D'inspiration italienne et médiévale, baie serlienne encadrée de 2 colonnettes supportant l'entablement pourvu d'une frise bombée.

De style Louis XIV, porte carrée de l'Hôtel-Dieu.

Porte carrée du XVIIème siècle.

Hérault



Un peu en retrait de la foule, nous arrivons devant la plus ancienne maison de Vias conservée dans son intégralité (XIIème-XVIème siècles). Cet ancien logis des évêques d'Agde fait à présent office de restaurant.

Hérault


La cité de forme circulaire, était jadis entourée de remparts en pierre volcanique et fermée par 4 portes dont seule subsiste la porte Saint Thibéry.

La porte Saint-Thibéry

Hérault
La porte Saint Thibéry et les vestiges des anciens remparts.

Hérault
L'Hôtel de ville


Un trompe-l'œil aux perspectives un peu insolites.


Vous l'aviez remarquée sur la photo ci-dessus ? Une tête sculptée en pierre noire.



Porte carrée surmontée d'un fronton curviligne interrompu.

Sur cette maison de 1930 : des grappes de raisin en plâtre sur l'angle et des coquilles Saint-Jacques sculptées au-dessus des fenêtres.


Pour aller jusqu'à la plage de Vias, il nous faut reprendre le cc. Nous n'avons trouvé qu'un champ (sur Park4Night) pour nous poser, mais à peine sortie du cc, je suis assaillie par une nuée de moustiques. Grrr !
Nous déplaçons le cc à un autre coin du champ où il semble que ces charmantes petites bêtes n'aient pas élu domicile. Et nous mettons à nouveau nos trottinettes à contribution.



Petite désillusion, la plage est interdite aux chiens. Mais un des maîtres-nageurs nous invite à nous rendre à la plage Sainte Geneviève, renseignement pris il ne nous reste qu'à récupérer le cc car celle-ci est à environ 5 km.

Hérault


Avant de retourner au cc et tant qu'à y être, nous faisons tout de même un petit tour rapide des alentours. Mais l'endroit ne correspond pas vraiment à nos attentes. Trop de monde, trop de bars et restaurants, trop de boutiques "attrape-touristes", bref ce n'est pas trop notre tasse de thé.




Nous passons devant Europark...


...avant de rejoindre quelques kilomètres plus loin, l'endroit indiqué.
Un bivouac comme on aimerait en trouver plus souvent bien que la route d'accès soit bien étroite et le parking de taille plutôt réduite.




J'avais pourtant bien précisé que nous avions un chien ! Mais le panneau ne concerne peut-être que la plage surveillée...


Nous nous sommes endormis bercés par le clapotis des vagues venues mourir sur la plage. Au matin, dur retour à la réalité, il nous faut reprendre le chemin du retour.